Batman – The Dark Knight Returns, une réédition signée Urban Comics

The Dark Knight Returns a su s’ériger au fil des années comme un must-have de la série Batman. Véritable épisode charnière pour le Chevalier Noir, l’œuvre est parue pour la première fois en 1986 chez DC Comics. En France, 4 éditions sont déjà sorties chez Aedena, Zenda, Delcourt et Panini en 4, 2 ou 1 tome. Je vais ici vous parler de la cinquième, arrivant le 16 Novembre de chez Urban Comics.

Aucun moment clé de l’intrigue n’est révélé dans cet article, vous pouvez donc le lire sans inquiétudes.

Le livre s’ouvre sur une préface émouvante traitant de la genèse de ce comic-book et écrite par l’auteur Frank Miller en 1996. En voici un extrait :

« 1985. Dans mon appartement de New York. Une prise de conscience. Un vrai coup de massue. Mon trentième anniversaire arrive à grand pas. Je vais avoir un an de plus que Batman. […] C’était insupportable. Je devais agir. » – Frank Miller

Si au premier abord, les dessins peuvent sembler un peu trop vintage à votre goût, je peux vous assurer que c’est vite chose oubliée tant le scénario est passionnant. En vérité, il sont simples mais beaux et efficaces; la teinte sombre et pessimiste de l’histoire s’y reflète parfaitement. Le côté esquissé de certaines planches est embelli grâce à de beaux encrages, on remercie la collaboration Miller/Janson pour ce rendu particulier.

Frank Miller en fait sa pièce maitresse en innovant sans retenue le monde de Batman. Robin est une fille, Bruce Wayne un quinquagénaire moustachu et nonchalant, tout est osé.

Néanmoins, c’est ce même album qui redonnait ses lettres de noblesse à la série en 1986. Le personnage de Bruce Wayne/Batman y est complexe et torturé. Un réalisme froid agrémente ce roman graphique, et nous sommes très loin des histoires kitsch voire ridicules que le justicier masqué a pu connaître dans les années 60. Au contraire, on pense plus à une fiction policière en lisant cet album.

Ici, Gotham est ravagée par le vice, le crime, et un gang au style punk nommé « Les Mutants » veut prendre le contrôle. On retrouve alors un Batman « aux muscles ankylosés » mais qui opère de sang froid, utilisant la peur comme arme principale. Ce retour aux sources sombres du héros rend l’histoire mure et prenante : Il est vu comme un hors-la-loi, la trame n’en est que plus fabuleuse. C’est cette même qualité qui rend les adaptations cinématographiques de Nolan si particulières. Batman œuvre dans l’ombre et terrorise ses ennemis avec une violence incroyable. Ceux qui veulent  du splash-comic seront perdus. L’action est cérébrale. Le monde, les personnages et le fil conducteur sont pensés et complexes. Ce n’est en aucun cas un ouvrage à feuilleter, c’est plutôt le genre qui s’apprécie à tête reposée. Le scénario n’est pas non plus alambiqué et la lecture reste plaisante. Sachez par exemple que je ne pouvais pas le fermer sans le rouvrir 5 minutes après. Le côté polar de qualité apporté par Miller accroche vraiment.

Une fois de plus, la formule proposée par Urban Comics est très avantageuse. Je m’explique. Le Blu-Ray de l’adaptation animée toute récente de The Dark Knight Returns vaut dans les alentours de 20€. Ici, vous recevez avec la BD culte de Frank Miller, Klaus Janson et Lynn Varley une version Blu-Ray et une version DVD du film, le tout pour 28€. Je trouve ça stupéfiant comparé aux précédentes éditions qui pouvaient coûter jusqu’à deux fois plus cher. Il s’agit pourtant ici aussi d’un bel ouvrage de collection avec une couverture cartonnée et de jolies pages. De nombreux bonus y sont également rassemblés, allant de la lithographie dédicacée par Frank Miller aux premières esquisses de l’album en passant par toutes sortes de croquis et de coupures de presse ou d’extraits de scénario.

Pourquoi une fois de plus ? Voir l’article sur les bons plans kiosque d’Urban Comics.

De son côté, l’adaptation animée m’a un peu déçu car elle n’est que relativement fidèle au roman graphique. Certaines scènes et dialogues sont changés et le déroulement de l’action n’est pas vraiment le même. Par ailleurs, l’atmosphère noire dont je vous parlais et donnant toute sa singularité à l’œuvre n’est pas correctement retransmise : L’absence de la partie narrative se fait cruellement ressentir.En d’autres termes, on sent bien que Bob Goodman a refait le tout à sa sauce pour proposer un film accessible, mais pas meilleur ni aussi bon que l’album dont il est inspiré.

Ça sort le 16 Novembre chez vos libraires, et si vous souhaitez vous procurez un classique du Chevalier Noir, que ça soit pour débuter où non, je ne peux que vous conseiller de foncer tête baissée vers cette nouvelle édition des plus bénéfiques. Et si comme moi avant la lecture de cette bande-déssinée, vous ne savez pas du tout à quoi vous attendre, mettez de côtés vos préjugés sur la particularité de l’histoire et jetez-vous à l’eau. Si il y’a bien un comic à s’offrir en cette fin d’année, c’est celui là.

Agé de seulement un peu plus d’un an, le label de Dargaud a un planning de sorties chargé de bonnes choses et plusieurs excellents albums sont déjà disponibles (Année Un, Amère Victoire, Sombre Reflet…).  Urban Comics saura sans aucun doute remettre les grands comics au goût du jour.

Les premières pages : (cliquez pour agrandir)
,
One comment on “Batman – The Dark Knight Returns, une réédition signée Urban Comics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

pizza