«Vampire Weekend» – Vampire Weekend

vampire weekend cover

Comme promis, voilà mon article sur l’album éponyme du groupe Vampire Weekend !

On peut d’abord penser à de la «gentille pop» mais ce serait se tromper que de passer à côté d’une écoute attentive du premier album de ce groupe New-Yorkais.

Une des nombreuses innovations musicales de cet album réside dans le mélange de sonorités très différentes. On peut par exemple entendre le son de violons «nobles» mêlé à des mélodies très basiques et dansantes sur le morceau d’ouverture : «Mansard Roof» .

La plupart des morceaux ne sont ni trop longs ni trop courts, l’écoute de l’album dans son intégralité n’est donc pas lassante. De plus, les titres se suivent de manière musicalement logique, ce qui favorise une écoute agréable.

Le son du groupe leur est très propre, il est très clair et presque industriel, ce qui peut fortement déplaire à certains. Néanmoins, j’ai pour ma part apprécié la netteté des mélodies.

Note : 7 / 10

Quelques morceaux en écoute :

Mansard Roof 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Oxford Comma

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Cape Cod Kwassa Kwassa

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Je me penche bientôt sur leur deuxième album pour vous livrer mon avis dessus !

3 comments on “«Vampire Weekend» – Vampire Weekend
  1. L’innovation évoquée ici n’est que le résultat d’un mouvement de mode; en effet il est depuis fort longtemps d’usage de mêler sons classiques et contemporains; rien de nouveau sous le soleil en somme. L’article est en revanche bien écrit; on peut toutefois en regretter l’aspect scolaire.
    A continuer donc, de bonnes choses sont à développer.

  2. l’originalité n’existe pas, on copie toujours quelque chose qui existe déjà et on mélange ça avec un accident artistique quelconque, qui peut être provoqué par un trait de personnalité, une nuit d’alcool, un moment d’improvisation lors de l’échauffement…

  3. Merci pour vos commentaires. Je prends bien vos critiques en compte pour mes prochains articles.

    Bien sur, le fait d’entremêler sons classiques et contemporains est loin d’être récent. Je pense notamment au Velvet Underground qui faisait déjà ça il y’a environ 50 ans. (les Last Shadow Puppets, groupe plus récent, utilisent aussi ces contrastes)

    Néanmoins, c’est la première fois que j’entends un petit orchestre classique accompagner une mélodie basé sur un rythme africain décalé, et c’est ce qui m’a paru hors du commun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

pizza