Veni, Vidi, Bingi : The Last Kingdom

The_Last_Kingdom

 

Le thermomètre fait grise mine, vous avez troqué t-shirt et veste pour votre vieux manteau, le nez s’encombre ; bref Winter is Coming. Pas de problème, on a de quoi vous remonter le moral avec la série The Last Kingdom !

Disclaimer : Avis aux fans, ceci n’est pas un enième article sur Game of Thrones ou une pâle copie du genre (hum…Vikings). Toute ressemblance avec l’œuvre de G.R.R Martin serait fortuite.

On vous propose aujourd’hui découvrir cette série venue d’Outre-Manche qui compte déjà 2 saisons et dont Netflix a annoncé la diffusion de la 3ème le 19 novembre.

The Last Kingdom, qu’est ce que c’est ?

The Last Kingdom est une série télévisée britannique, diffusée depuis le 10 octobre 2015 sur BBC America aux États-Unis le 22 octobre sur BBC Two au Royaume-Uni. Comme souvent ces derniers temps, il s’agit d’une adaptation d’une œuvre littéraire écrite par Bernard Cornwell « The Saxon Stories ».

Tant au niveau de la production que du casting, ce qui frappe est l’absence de figures notables. Et finalement il y a de quoi se réjouir.
The Last Kingdom est la preuve que l’on peut produire de belles séries d’action sans y mettre les moyens des blockbusters américains. Pour la saison 1 par exemple, 10 millions de livres (£) ont suffi à comparer à l’inévitable Game of Thrones avec un budget de 90 millions pour la saison 8.

Côté acteurs, la BBC n’a pas eu à débourser des millions dans des têtes d’affiche et ça n’empêche pas les acteurs de The Last Kingdom de nous immerger dans une Angleterre médiévale comme si on y était.

A défaut d’avoir généré une audience pharaonique, la qualité de cette série lui a permis d’attirer l’attention de Netflix qui avec les moyens qu’on lui connaît saura peut-être lui donner un nouvel élan pour la saison 3.

La série

Au IXème siècle, les îles britanniques (Angleterre, Irelande) sont divisées en de nombreux royaumes (Northumbria, Mercia, East Anglia, Essex, Kent, Sussex, et Wessex), et envahis par les Vikings Danois. Alors que le royaume de Wessex mené par le roi Alfred est le seul à résister, on suivra les péripéties d’Uhtred, le fils d’un noble britannique, kidnappé par les Vikings lorsqu’il était enfant, qui devra sans cesse choisir entre son pays natal et le peuple qui l’a élevé.

Cette double allégeance d’Uthred fait la force de la série car elle nous permettra tout au long des épisodes de découvrir à la fois les protagonistes et la culture Danoise et Anglo-saxonne ; et ce n’est pas anecdotique. En effet, le IXème siècle est une période charnière pour l’Angleterre, traversée alors par une révolution religieuse (Christianisation), et politique (unification des royaumes face à l’envahisseur Danois). C’est tout ce contexte qui est savamment dépeint par The Last Kingdom et on se régale.

Sans être inoubliables, quelques personnages se détachent du reste, notamment Uhtred et le roi Alfred. Uthred est plutôt l’anti-héros, aventurier dans l’âme, souvent assez drôle mais qui sait renfiler sa cape de noble quand la situation l’exige. Le roi Alfred est l’inverse, timoré, calculateur, physiquement fragile et très pieux. On ressent beaucoup d’empathie pour ce roi tourmenté par l’avancée danoise qui semble inexorable. Au bout du compte on devient captivé par l’alchimie qui se fait entre ces deux personnages que presque tout oppose et qui pourtant vont traverser des épreuves et grandir ensemble.

« Oui mais tu sais les Vikings et intrigues médiévales on a fait le tour avec GoT et Vikings ». Je comprends. Le pitch peut très vite faire passer The Last Kingdom pour un GoT du pauvre et d’ailleurs la série est constamment associée à ses rivales lorsqu’elle est citée dans la presse. Autant cela lui a permis de gagner en visibilité, autant cela est regrettable car elle a bien plus à offrir.

Certes la série contient les classiques : intrigues politiques, trahisons, histoires de familles, batailles en tout genre, etc. Mais ce qui l’a démarque c’est la qualité de la production.

last-kingdom

Un Danois fâché

Tout d’abord, l’attention aux détails. Je vous mets au défi de trouver une série avec tant d’attention portée aux décors et aux costumes. Ici pas de contresens historique, les costumes sont toujours fidèles. Les décors, eux, sont assez dénudés ce qui leur donnent un aspect très authentique. Alternant entre prairies, forts et quelques ports (avec navires d’époques !) on est complètement plongé dans l’Angleterre médiévale.

Et enfin les amateurs de beaux paysages seront ravis par la photographie. Littoraux escarpés et grandes plaines sont de mise.

Pour finir, je recommande chaudement aux anglophones de regarder cette série en VOSTFR pour pousser l’immersion dans la série. Vous y constaterez que tous les acteurs ont fait un gros travail sur leur phrasé et accents typiquement d’époque.

Trailer de la saison 3

A voir sans tarder !

One comment on “Veni, Vidi, Bingi : The Last Kingdom
  1. J’adore cette série, je suis assez d’accord sur le pitch un peu récurrent du médiéval fantastique après le succès de GoT;) Mais bon, mieux vaut ça que des sitcoms romantiques!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

pizza