Culture – Les expos à ne pas manquer en 2019

Nous vous proposons de découvrir ce que nous réservent musées et centres culturels en ce début d’année 2019.  Pour satisfaire tous les goûts, vous trouverez ici un joyeux mélange de genres et disciplines !

 

Miró Rétrospective

image

Réunissant près de 150 oeuvres dont certaines inédites en France et couvrant 70 ans de création, cette rétrospective retrace l’évolution technique et stylistique de l’artiste.
Miró crée à partir de ses rêves et nous ouvre les portes de son univers poétique.

Il transforme ainsi le monde avec une apparente simplicité de moyens, qu’il s’agisse d’un signe, d’une trace de doigt ou de celle de l’eau sur le papier, d’un trait apparemment fragile sur la toile, d’un trait sur la terre qu’il marie avec le feu, d’un objet insignifiant assemblé à un autre objet.

Miró fait surgir de ces rapprochements étonnants et de ces mariages insolites un univers constellés de métamorphoses poétiques qui vient réenchanter notre monde.

Date :
du mer. 03 oct. au lun. 04 févr.

Lieu :
Grand Palais, Galeries nationales

Horaires :
Lundi, jeudi et dimanche de 10h à 20h.
Mercredi, vendredi et samedi de 10h à 22h.

 

Cités millénaires, Voyage virtuel de Palmyre à Mossoul

image2

Palmyre, Alep, Mossoul, Leptis Magna : des noms qui résonnent comme les symboles millénaires du fabuleux patrimoine du monde arabe. Mais aussi comme autant de sites martyrs, défigurés par la folie ou la rapacité des hommes, ou menacés par leur négligence et par l’injure du temps. Les voici ressuscités le temps d’une exposition, au fil d’un voyage virtuel et d’une spectaculaire mise en scène immersive…

Vous pénétrez dans un sobre sas d’entrée ; une grande carte murale y situe les quatre sites autour desquels s’articule l’exposition. A présent, faites quelques pas et… envolez-vous ! Car c’est à un impressionnant survol que vous convient ces « Cités millénaires », grâce à la projection à très grande échelle d’images inédites captées par des drones et reconstituées en 3D par la société Iconem, avec laquelle l’IMA s’est associée pour cette exposition réalisée en partenariat avec l’Unesco.

Votre premier rendez-vous sera avec Mossoul, en Irak, dont un gigantesque écran dévoile la physionomie actuelle, de très haut d’abord, puis en se rapprochant de plus en plus. Voici ses rues éventrées par les bombardements, ses monuments martyrisés par Daech ; les ruines de la mosquée al-Nouri où s’autoproclama l’Etat islamique, dont seul subsiste un morceau de mirhab. Et alors que vous planez doucement au-dessus, voici que la mosquée toute entière renaît de ses décombres pour retrouver virtuellement sa forme originelle.

Date :
du mer. 10 oct. au dim. 10 févr.

Lieu :
Institut du monde arabe

Peintures des lointains

lointain

Pour cette première exposition consacrée à la collection de peintures conservée quai Branly, Peintures des lointains rassemble près de deux cent toiles et œuvres graphiques – parmi les cinq cents du fonds – datant de la fin du XVIIIe siècle jusqu’au milieu du XXe siècle.

Une collection composite et largement méconnue, où l’odalisque d’Ange Tissier côtoie les portraits d’Amérindiens de George Catlin, les scènes de vie quotidienne cairote d’Émile Bernard voisinent les estampes et dessins de Tahiti signés Matisse ou Gauguin.

À travers cette collection, c’est aussi l’histoire d’une rencontre avec l’Autre et l’Ailleurs qui est contée, l’évolution du regard artistique face à l’inconnu qui est questionnée. Dans une Europe en pleine expansion coloniale, face au choc d’un monde qui lui ouvre ses portes, l’art occidental emprunte différentes voies. Cédant d’abord à la tentation de l’exotisme – où l’exaltation de la couleur et de la lumière sert les rêves d’un Orient de luxe et de volupté – il figurera par la suite un regard plus réaliste, ethnographique, attentif à l’autre.

Entre onirisme et naturalisme, fantasme et documentaire, romantisme et propagande coloniale, un miroir de l’histoire artistique et politique.

Date :
du mar. 30 janv. au dim. 03 févr.

Lieu :
Musée du Quai Branly Jacques Chirac

Art brut japonais II

CARTONSss-ok-3-731x1024

A l’occasion du Tandem Paris-Tokyo, la Halle Saint Pierre présente la seconde édition de l’exposition Art Brut Japonais, huit ans après le grand succès du premier volet.

A l’heure où l’art brut trouve la place qui lui est due sur la scène de l’art contemporain, le Japon contribue à porter ce phénomène artistique au-delà de son ancrage originel occidental.

Une cinquantaine de créateurs témoignent qu’au sein de toutes les cultures, il y aura toujours des personnes assez singulières et individualistes pour inventer leur propre mythologie et leur propre langage figuratif.

Issus d’ateliers ou œuvrant de façon autonome et indépendante, ces créateurs, souvent confrontés à un isolement mental ou social, utilisent toutes les techniques, tous les matériaux, détournant même les codes les plus traditionnels de la céramique ou de l’origami.

Les œuvres présentées dans l’exposition sont le fruit de nouvelles prospections. Seul Sinichi Sawada, figure emblématique de l’art brut japonais, qui connut la consécration lors de la Biennale de Venise 2013, revient, apportant avec de nouvelles œuvres la démonstration que les ouvrages d’art brut sont, comme le notait Jean Dubuffet «l’opération artistique toute pure, brute, réinventée dans l’entier de toutes ses phases par son auteur, à partir seulement de ses propres impulsions».

Date :
du sam. 08 sept. au dim. 10 mars

Lieu :
La Halle St Pierre

Chat fait le mur

413445-m-chat-fait-le-mur-a-la-galerie-brugier

Principalement connu pour ses interventions urbaines mettant en scène son célèbre Chat dans d’innombrables situations, l’artiste M. Chat nous propose, dans cette nouvelle exposition, de découvrir l’influence et l’importante de la culture classique dans son œuvre.
La profondeur de la réflexion qui sous-tend son travail est révélée grâce à la transfiguration de ses modèles privilégiés, chats volants ou souriants, en les mettant en scène dans des environnements inspirés et hérités de l’iconographie médiévale.
Le support de ses nouvelles œuvres, résolument urbain, imite les murs parisiens et les éléments de mobilier (tuyaux, bouche d’aération, compteurs électriques…) qui les habitent. Ils viennent ainsi faire le lien avec sa pratique dans la rue qu’il développe depuis plus de 20 ans. Très réalistes, le support de ses nouvelles créations permet de les inscrire dans la réalité de la rue et justifient la transposition de Chats dans une scénographie classique.
L’artiste est en prise directe avec la réalité contemporaine nous montre aussi par sa vision une autre perspective de la réalité de soi ; c’est une vision de l’inconscient collectif humain qu’il peint, comme le rappelait Carl Gustave Jung :
« Nous nous rencontrons maintes et maintes fois sous mille déguisements sur les chemins de la vie ».

Date :
du jeu. 06 déc. au sam. 12 janv.

Lieu :
Galerie Brugier Rigail

Le cubisme

canvas

Pour la première fois en France depuis 1953, le Centre Pompidou consacre une exposition au cubisme au travers d’un vaste panorama de l’histoire du mouvement à Paris entre 1907 et 1917.

L’originalité du projet consiste à élargir la vision traditionnellement concentrée sur les grands noms du mouvement, Georges Braque, Juan Gris, Fernand Léger et Pablo Picasso, aux cubistes secondaires, comme Gleizes et Metzinger, ou différents tels Robert et Sonia Delaunay, Marcel Duchamp ou Francis Picabia, qui exposaient dans les salons officiels parisiens lorsque les pionniers réservaient leurs créations expérimentales à un seul jeune marchand inconnu, Daniel-Henry Kahnweiler.

Riche de trois cents œuvres et de documents significatifs de son rayonnement, la présentation s’articule chronologiquement en quatorze chapitres où se détachent des chefs-d’œuvre comme le Portrait de Gertrude Stein (1905-1906) ou ceux d’Ambroise Vollard (1909) et de Daniel-Henry Kahnweiler (1910) par Picasso et des ensembles de peintures et de sculptures, jamais réunies. Elles mettent en valeur l’évolution à rebondissements du cubisme, remontant aux sources primitivistes (avec des sculptures tribales collectionnées par les artistes), et à la fascination des cubistes pour Gauguin et Cézanne. Elles reflètent la progression formelle du mouvement, d’une première étape cézannienne (avec la présence de l’exceptionnelle nature morte de Picasso, Pains et compotier sur une table, 1909) vers une transcription analytique hermétique (1910-1912) transformée en version plus synthétique (1913-1917), qui marque le retour de la représentation et de la couleur.

Date :
du mer. 17 oct. au lun. 25 févr.

Lieu :
Centre Georges Pompidou – Beaubourg

 

Futura X André

futura andre

La galerie Danysz accueille une exposition en duo d’André et Futura qui présente des œuvres créées à quatre mains à la galerie, du 15 décembre au 9 février. Initié par le désir commun des deux artistes de créer ensemble des oeuvres et de mêler leurs deux univers pour la toute première fois, cette exposition promet une excitante rencontre artistique.

Les Mr.A aux silhouettes dansantes d’André rencontrent les Pointman de Futura et on on découvre des oeuvres vives, pleine de couleurs, qui viennent réchauffer l’hiver parisien.
Venez découvrir ses légendes vivantes du Street Art lors du vernissage le 14 décembre 2018.

Date :
du sam. 15 déc. au sam. 09 févr.

Lieu :
Galerie DANYSZ

Images mythiques des années 1960

image myth 60

Au tournant des années 1960, à l’époque où le cinéma bat des records de fréquentation, les photographies se multiplient pour faire la promotion des films. Pour Pathé, le Consortium des Arts Publicitaires invente les images de La dolce vita, du Guépard, des Sorcières de Salem… L’exposition Images mythiques 60’s présente plus de 200 documents : albums de photographies de tournage, photographies de presse, d’exploitation, dossiers de presse au montage innovant, affiches… Ces trésors de la collection de la Fondation Pathé relèvent d’une remarquable unité créative.

Date :
du mar. 30 oct. au sam. 16 févr.

Lieu :
Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

pizza