Tech : ce que nous réserve (probablement) cette année 2019

A chaque nouvelle année son cortège de prévisions et tendances attendues ; et l’année 2019 ne fait pas exception. Quand il s’agit de nouvelles technologies, l’expérience démontre que la plupart du temps ces prévisions relèvent surtout de la hype mais pour la beauté de l’exercice nous vous proposons notre propre liste des tendances technologiques orientées consommateurs à surveiller cette année !

La percée des assistants virtuels

bence-boros-573486-unsplash

Assistant Google Home

En 2015, Amazon a lancé son premier assistant virtuel, l’Amazon Echo, cette enceinte était dotée d’une intelligence artificielle au doux nom  d’Alexa. Un an plus tard, Google réagit en mettant sur le marché sa propre enceinte, la Google Home.

Et depuis 2017, la guerre de conquête n’a jamais cessé. Dans l’espoir de devenir votre compagnon numérique de choix, les deux géants de la tech se sont associés à des fabricants d’appareils tels que des thermostats, des sonnettes, des ampoules électriques et des accessoires de voiture pour y intégrer leurs assistants virtuels. Ainsi, aux Etats-Unis, déjà 1 américain sur 5 dispose de sa propre enceinte connectée.  Même si la percée en France se fait moins soutenue pour diverses raisons, tout porte à croire que l’usage s’est bien démontré et de plus en plus de foyers seront séduits.

smart-speaker-adoption

Profil des utilisateurs d’enceintes connectées (2018)

Google devrait d’ailleurs être encore plus agressif cette année avec son assistant. La société qui a triplé la taille de sa présence au CES cette année a multiplié les annonces pour sa Google Home. Même chose pour Amazon qui a déclaré qu’il présenterait également un large éventail de technologies qui fonctionneront avec Alexa d’une vision appelée « Alexa Everywhere » . L’objectif de la société est d’étendre la portée de son assistant virtuel à tous les aspects de la vie des gens, y compris la cuisine, le salon, le bureau et la voiture. En somme, un Little Brother pour chaque foyer.

Pour atteindre cet objectif, les deux grands défis à relever pour les fabricants seront les problématiques liées aux usages et celles de la cybersécurité. En effet, la question posée par les assistants virtuels est de savoir si les gens veulent vraiment un compagnon omniprésent impliqué dans leurs tâches quotidiennes ou simplement une chaîne hi-fi dotée de fonctionnalités sympathiques. Selon les recherches effectuées par Nielsen, l’année dernière, les propriétaires de haut-parleurs intelligents ont généralement fait appel à des assistants numériques pour des fonctions de base telles qu’écouter de la musique, vérifier la météo et régler une minuterie… Enfin concernant la cybersécurité, les problématiques autour des données personnelles et de la protection de la vie privée sont si évidentes qu’on ne les détaillera pas dans cet article.

L’arrivée de la 5G

Cette année, l’industrie des télécoms entamera une importante mise à niveau de son infrastructure. Les géants de la téléphonie américains tels que AT&T et Verizon Wireless affirment que la technologie 5G fournira des données à une vitesse incroyablement rapide, permettant aux utilisateurs de télécharger des films entiers en quelques secondes.

En plus d’augmenter la vitesse des smartphones, la 5G sera importante pour d’autres types d’appareils, tels que les robots, les voitures autonomes, les drones et les caméras de sécurité. La technologie devrait considérablement réduire le temps de latence, ou le temps nécessaire aux périphériques pour communiquer entre eux. Pour le moment tous les acteurs de ce nouveau marché parlent avec précaution tant le chantier est de taille. Cependant, les opérateurs indiquent pour 2019, la 5G ne sera déployée que dans quelques villes des États-Unis et dans certaines parties de la Grande-Bretagne, de l’Allemagne, de la Suisse, de la Chine, de la Corée du Sud et de l’Australie.

Pas de précipitation non plus chez les opérateurs mobiles. Peu de smartphones seront compatibles avec la 5G au départ même si certains fabricants de téléphones chinois et Samsung Electronics ont annoncé la sortie de leur premier smartphone 5G cette année. Apple ne devrait pas sortir un iPhone compatible 5G avant 2020.

La démocratisation des véhicules autonomes

jp-valery-1053965-unsplash

Modèle de véhicule Tesla

Déjà aux Etats-Unis, pionniers sur cette technologie, la plupart des États ont maintenant une législation sur les véhicules autonomes. D’ailleurs, la plupart des nouveaux modèles de véhicules sont maintenant commercialisés avec de l’intelligence embarquée pour effectuer des tâches de conduite typiques. Cette année pourrait être un tournant décisif.

Tout d’abord, du côté des fabricants de véhicules, le modèle 3 de Tesla, la berline la plus vendue aux États-Unis (en termes de chiffre d’affaires, et non de total des unités vendues), dispose déjà des technologies de conduite autonome les plus abouties du marché. Les fabricants de véhicules traditionnels multiplient d’ailleurs les partenariats pour ne pas prendre trop de retard sur cette course.

Les acteurs VTC se lancent également dans ce marché avec pour ambition de réduire leurs coûts grâce à des véhicules qui n’auront maintenant plus besoin de chauffeurs. Même chose pour les transports en commun. En France, des sociétés comme Navya proposent déjà des taxis et navettes 100% autonomes.

Cette essor des véhicules autonomes est permis par une législation qui accueille favorablement cette innovation. Même en France, le décret du 28 mars 2018 « relatif à l’expérimentation de véhicules à délégation de conduite sur les voies publiques » a autorisé les tests de voitures sans chauffeur. Dans ce climat, on peut s’attendre à de nouveaux concurrents du modèle 3 de Tesla et à une multiplication des essais sur voies de véhicules à conduite autonome sur certaines autoroutes.

Développement de la Blockchain

Le Bitcoin a débuté l’année 2018 à une valeur de près de 17 000 dollars et en est sorti à moins de 4 000 dollars. Si l’éclatement de cette bulle ne signifie pas la fin du Bitcoin ou d’autres crypto-monnaies émergentes, elle laisse penser que les crypto-monnaies sont encore pour le moment l’apanage des spéculateurs et tardent à trouver des cas d’usage réels.

Attention cependant à ne pas confondre crypto-monnaies et blockchain dont les cas d’usage se concrétisent jour après jour, en particulier dans les secteurs bancaire, des médias et du commerce.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

pizza